(photo provenant du site de Rockwood)

 

Notes avant de commencer :

Cet article reflète mon expérience de Rockwood et n’est donc pas du tout objectif.

Dans cet article et ses suites, l’ensemble des photos est de moi, sauf mention contraire (je ne suis pas photographe mais j’aime faire des photos). Vous pouvez les utiliser, je demande à ce que le logo soit laissé, et à me créditer. L’ensemble de mes photos du weekend sera petit à petit posté sur ma page Facebook dédiée photos au fil des mois qui viennent (histoire de rester dans l’ambiance).

Durant ce festival, j’ai partagé la chambre d’hôtel, plusieurs photos, des instants fans, le meet&greet etc avec une personne en particulier. Dans un souci d’anonymat (je ne souhaite pas citer de noms autres que ceux des guests, pas de photos de visiteur-euse-s etc), cette personne sera appelée Chuck dans la suite de l’article (coucou si tu lis ceci, j’espère que le surnom est bien trouvé 😉 )

 

Qu’est-ce que Rockwood ?

Il ne s’agit pas d’une convention Supernatural mais d’un festival dédié à la musique dont une partie des guests est lié à Supernatural. Ces guests sont là pour la musique, avec un groupe ou pas, mais ne sont pas du tout là pour parler de la série.

Ce n’est donc pas un événement fait pour tout le monde. Si vous recherchez un événement dédié Supernatural, avec des panels, qui tourne exclusivement autour de la série, ce n’est pas du tout adapté et vous allez vous ennuyer. Mieux vaut se tourner vers une convention comme DarkLight Con, Purcon ou encore CrossRoads.

Personnellement j’aime les deux, tout simplement. A la fois les conventions qui tournent uniquement autour de la série (vu toutes celles que je fais, vous vous en doutiez peut-être un peu) et cet événement dédié musique.

Ce blog est plus dédié conventions que festivals mais j’ai tout de même envie d’en parler.

 

Vendredi après-midi :

 

Je suis arrivée sur place en début d’après-midi, après quelques heures de train et un court trajet en métro jusqu’à l’hôtel, a priori assez facile à trouver pour les gens qui ne sont pas totalement dépourvus de sens de l’orientation (ce qui n’est pas mon cas. Je n’ai aucun sens de l’orientation). Vu les horaires des concerts, il est clairement plus facile voire obligatoire de résider dans l’hôtel du festival.

Première étape, la registration, comme dans une convention classique. Très peu d’attente, on récupère en moins de 10 minutes nos pass, tickets d’extras, planning et lanyard. Le bureau qui vend des extras se situe juste à côté, et j’en ai profité pour racheter quelques photos qui n’étaient pas proposées en prévente (les photos solos de Stephen Norton, Billy Moran et Michael Borja, membres de Louden Swain, respectivement batteur, guitariste et bassiste).

 

IMG_6192bis

Le premier événement du weekend a été la cérémonie d’ouverture, suivie du meet&greet, à . L’ensemble des guests du weekend est venu sur scène (excepté Richard, qui n’est venu que le dimanche pour cause de travail sur Supernatural en tant que directeur sur un épisode, et n’était donc pas encore arrivé) pour quelques mots afin de lancer le festival. Iels sont ensuite passés un par un ou par groupes, en fonction des guests, à chaque table pour discuter avec les gens. Ce long moment de passages de table en table était entrecoupé du passage du scène de chacun des groupes le temps d’un morceau.

L’ambiance était vraiment détendue et familiale. Certains guests se souvenaient de visiteur-euse-s de l’année passée, guests et visiteur-euse-s picoraient dans les paquets de biscuits et autres confiseries apportés par tout le monde, sans aucune barrière.

(Louden Swain sur scène pendant le meet&greet)

 

 

IMG_6412bis

 

L’événement suivant a été le karaoké, extra coûtant 30 euros. Je ne suis pas montée sur scène (j’espère le

faire la prochaine fois !) mais j’ai tout de même passé un très bon moment, le public chantait avec les personnes sur scène dans une ambiance agréable.

 

 

(Rob et Jason durant le karaoké, portant des onesies apportés par une personne qui est montée sur cette scène)

 

 

 

Samedi

Après la soirée, le réveil est un peu difficile et les photos de ce jour commençaient à 8h du matin, pour les photos de Paul Carella. Photo que je n’avais pas achetée, je commençais donc un peu plus tard.

Première photo du weekend, le duo Rob&Jason, partagé avec Chuck. La séance photo démarre en retard, pour une raison toute simple évoquée par une personne du staff : Rob n’était pas arrivé. Réveil difficile ou perdu en ville, l’histoire ne le dit pas (Rob se perd facilement. Etant donné que je me suis perdue DANS L’HÔTEL en me rendant à cette photo, je ne dirai qu’une chose : merci Rob, je me sens moins seule). L’ambiance dans la salle photo est très sympa, détendue. Il y a du temps, chose que je n’ai jamais vu en convention où tout doit aller très vite. Le photographe s’éclate, les guests se prennent au jeu, les personnes de la file d’attente rient avec les personnes en cours de photo, le staff est très sympa… vraiment une très bonne ambiance.

On a ensuite enchaîné avec la photo solo de Rob, puis la photo avec la totalité du groupe Louden Swain, et les photos solos des autres membres du groupe, Billy, Mike et Stephen, et enfin les photos de Briana et Gil. L’ensemble des photos s’est étendu sur la matinée et le début d’après midi.

 

IMG_6564bis

L’après-midi a été consacrée en partie aux photos donc, puis après aux jam sessions. Je crois que la traduction exacte de jam session est « faire un bœuf » mais je ne suis pas sûre de l’expression française sur ce point (n’hésitez pas à me proposer une meilleure traduction en commentaire). Les morceaux ne sont pas répétés, on est plus dans une ambiance de bon moment et d’éclate entre potes musiciens que dans un format concert classique. Blake Lewis a même fait participer plusieurs membres du public le temps d’un morceau (si tu es allé-e à ce festival, souviens-toi de « nom nom nom »).

Les places étaient numérotées d'une façon un peu étrange, et hélas Chuck et moi n'étions pas placées ensemble. Il n'y a plus qu'à tenter d'y remédier l'année prochaine !

 

 

(Gil McKinney à la jam session de samedi)

 

 

Le reste de l’après midi se terminait par les unplugged lounges. Il s’agit d’une sorte de mini concert privé et acoustique : quelques guests/musiciens, et une trentaine de visiteur-euse-s dans une petite salle, sans micro ou enceintes ou autres équipements électroniques.

J’avais pour ma part un ticket pour le lounge de Louden Swain et Gil McKinney. Les photos et videos étant interdites, je n’ai rien pour illustrer ce moment. C’était vraiment magique, incroyablement fort d’être aussi proche, sans la distance instaurée par la scène. Une véritable émotion de les entendre directement, sans passer par un micro. Il est difficile de rendre par quelques mots dans cet article à quel point c’était un moment unique, privilégié. C’était fort, magnifique.

 

Une première séance d'autographes avait lieu ce jour. Personnellement, j'ai pu faire signer mon CD de Gil McKinney (très gentil, s'est inquiété parce que j'étais pas mal stressée lors de ma photo avec lui le matin même), et l'un de mes CD de Louden Swain (le poster du CD live sorti en août 2017 plus précisément). La seule mauvaise surprise a été d'apprendre que l'autographe de Rob n'était pas inclus avec l'autographe commun Louden Swain, et j'en ai racheté un (25 euros) pour avoir leur quatre signatures sur le poster. 

 

IMG_6652bis

La journée du samedi s’est achevée par un concert. Il ne s’agissait pas d’un concert classique avec un groupe puis un autre, plutôt d’un mélange très détendu où les groupes se succédaient pour environ trois morceaux chacun. Cela a duré environ trois heures, pour s’achever sur le morceau Medicated, de Louden Swain.


 

 

 

(Blake Lewis pendant le concert du samedi)

 

La suite dans un second article à venir !