Cet article a pour but de raconter mon expérience personnelle à Asylum 18 et ne sera donc pas du tout objectif.

Il s’agissait de ma troisième convention Supernatural, et deuxième convention avec Rogue Events, la première ayant été Asylum 16 en 2016. Puisqu’iels ont fait faillite début juillet (article), cela a aussi été ma dernière convention avec RE.

 Il y aura très peu de photos dans cet article, car Rogue Events ne fait aucune photo backstage comme peut le faire People Con. Les lumières de la salle de panel (dans les roses, assez bizarres) rendaient les photos personnelles très difficiles, et toutes baignées de couleurs déformées. 

 

Organisation

Je disposais d’un pass diamond, qui inclus des photos et autographes de tous les guests, sauf extra guests. Misha étant un extra guest, j’avais acheté en prévente deux photos et trois autographes avec lui (pour moi et une amie).

Vu l’hôtel dans lequel avait lieu la convention, j’ai préféré loger ailleurs, au Hilton de Blackpool plus précisément. Certaines personnes disent avoir eu des chambres tout à fait acceptables au Norbreck Castle, et d’autres avoir eu des chambres vétustes et sales. D’après les salles que j’ai pu voir, on est plus proche du sale et vétuste que de l’hôtel agréable.

 

Pourquoi Asylum 18

Malgré quelques problèmes, j’ai vraiment adoré Asylum 16 et j’ai donc voulu retenter sans vraiment hésiter. J’avais également l’espoir de pouvoir revoir Jared, espoir déçu hélas.

 

Vendredi

Le vendredi est le jour de récupération des pass et achats des extras. On peut en théorie le faire également le samedi matin, mais j’ignore comment.

 

L’organisation de cette étape laissait clairement à désirer….

Nous avons fait la queue parmi les premiers (l’heure de registration dépend du pass et du groupe), tout d’abord pour retirer nos pass.


Une seule personne s’occupait de checker nos noms sur une liste, sur présentation d’une pièce d’identité, puis une personne accrochait le bracelet aux couleurs de Rogue Events et nous remettaient une enveloppe contenant nos pass, booklet et tickets d’autographe. Première surprise : pas de planning. Si j’ai bien suivi, ils ont tout simplement oublié de les imprimer, c’est très fort je trouve.

 (oui c'est une image extraite de SPN, sur la file d'attente des Enfers. Je trouve ça plutôt adapté)

Il a ensuite fallu faire la queue dans une autre salle pour pouvoir acheter des extras. C’est à ce moment-là qu’on a pu découvrir les prix des meetings rooms, quels duos/trios étaient proposés, l’existence du concert le samedi soir. Pas l’idéal… tout doit être payé en liquide, donc il faut tout prévoir d’avance, et sans avoir la liste des prix c’est un peu compliqué. Beaucoup de personnes ont eu la surprise de découvrir que la meeting room de Misha était proposée au prix de £150, contre 30 ou 40 pour les autres (et pour Misha lors des précédentes éditions). Le duo photo que je voulais (Misha&Mark P) n’était tout simplement pas proposé. On a pu découvrir l’existence d’un meet&greet le soir même, au prix de £75. Quelques achats plus tard (meet&greet, concert, meeting rooms, photos), direction la dernière file.

 

Il a ensuite fallu faire la queue pour récupérer nos achats en prévente, la plus longue attente des trois. Une fois enfin arrivées au guichet, après avoir serpenté longuement dans la salle, assises par terre d’un air désœuvré, plusieurs surprises.

Les extras obtenus en prévente étaient présentés dans une enveloppe en craft, et aucune vérification n’était faite par le staff. J’ai eu la présence d’esprit de vérifier et je me suis aperçue que je n’avais qu’une seule de mes photos de Misha, l’autre ticket était pour une photo avec Mark S. J’adore Mark S, mais j’avais déjà une photo avec lui, et le prix n’est pas le même. Après quelques discussions, la personne plutôt mal aimable du guichet m’a échangé le ticket de Mark pour un ticket pour Misha.

Et nous avons découvert que contrairement à l’année passée, il fallait des tickets d’extras pour tout. A Asylum 16, les personnes avec pass platinium (équivalent du diamond, seul le nom a changé depuis l’année passée) étaient tout simplement cochées sur une liste lors du passage à l’une des photos comprises dans le pass. J’imagine que cela a posé des problèmes qui ont conduit à ce changement de fonctionnement et je n’ai rien contre le fait de devoir utiliser des tickets pour tout. Mais il aurait été appréciable de la part de Rogue Events de le signaler… je l’ai appris par hasard en venant pour mes préventes, mais rien, absolument rien n’indiquait qu’il fallait faire la queue à ce guichet lorsque l’on disposait d’un pass diamond. J’ai d’ailleurs croisé une personne dans une file d’attente samedi qui n’avait pas acheté d’extras en prévente et qui n’était pas au courant : elle n’avait aucun ticket et a du courir au plus vite au bureau des extras pour les récupérer, le tout au milieu des photoshoots en cours.

 

 

Registration + achat d’extras + file de préventes… cela nous a pris quatre heures trente. Après avoir un peu traîné à la recherche d’un planning, nous avons fini par le trouver affiché dans le hall, une simple feuille A4 scotchée sur un tableau blanc, pas clair du tout, et sur Facebook, dans un groupe non officiel lié à la conv grâce à quelqu’un qui avait réussi à se le procurer. Les plannings de Rogue Events sont toujours des tableaux Excel mal foutus, minuscules et pas clairs.

 

Quelques photos du planning affiché et direction l’hôtel. Fort heureusement, une fois le planning téléchargé sur Facebook, les personnes présentes à l’accueil de l’hôtel ont pu nous en imprimer quelques exemplaires.

 

Dans le  même temps, une fois le planning en main, on a appris qu’une séance d’autographes avec les regular guests avait lieu l’après-midi même, sans priorité en fonction des pass, premier arrivé premier servi. Les deux personnes avec qui j’ai passé la convention et moi-même avons décidé d’un commun accord de ne pas y aller pour prendre un peu le temps de se poser après toutes ces heures d’attente.

Occasion également de tenter de comprendre le planning, d’essayer de déterminer à quelle heure on pourra faire quoi, les panels auxquels on va pouvoir assister etc. Ca a l’air simple, mais bienvenue chez Rogue Events, ce n’est pas simple du tout, rien n’est clair. Vraiment

 

Admirez.

asylum18_planning

(Planning Asylum 18, récupéré sur un groupe Facebook non officiel. Format A4 une fois imprimé par l'hôtel)

 

Vous pouvez d’ailleurs remarquer que le meet&greet n’est pas sur ce planning, histoire de rendre les choses un peu plus claires.

 

Un peu de repos et de décorticage de planning et l’heure de se préparer pour le meet&greet arrive. Il n’y a pas de dress  code, mais je trouve que ça fait quand même un peu chic. Et je n’ai rien prévu du tout dans ce thème. Je finis par emprunter une chemise. Et une cravate. Et une veste. Go big or go home, autant tout emprunter.

Le meet&greet s’est globalement plutôt bien déroulé, et pas mal d’acteurs étaient présents, sauf Misha, Mark S et les Hillywood Show. Gros reproche : la salle n’était pas assez grande, et il y avait trop de monde. Les tables étaient donc très proches, et il fallait crier pour se faire entendre. Le tout était vraiment très bruyant, et très difficile d’entendre ce que les guests disaient même à notre propre table. Si c’était à refaire, vu les conditions par rapport au prix, je ne suis pas sûre que je retenterais l’aventure, même si les gens de notre table étaient très sympas.

 

Une fête était organisée par des fans (rien par Rogue Events) ce soir-là mais n’y étant pas allée je n’ai rien de spécial à dire dessus. De ce que j’ai vu sur Facebook, ça avait l’air un peu vide mais difficile de juger comme ça. On a préféré se reposer (enfin essayer) en prévision du lendemain.

 

 

 

Samedi matin

 

GOOD MORNING VIETNAM allez allez on se lève au plus vite, connaissant la mauvaise organisation des conventions Asylum et ayant plein de photos à faire, on décide d’essayer d’en faire un maximum dès le matin.

Il n’y a pas à proprement parler de cérémonie d’ouverture et on se retrouve assez rapidement à faire la queue pour la photo avec Chad (qui joue Ash dans la série et a un accent absolument horrible à comprendre je trouve).

La désorganisation commence, le compte Twitter où sont faites toutes les annonces ne marche pas (une rumeur circule : le staff aurait perdu le mot de passe du compte, mais on ignore si c’est vrai). Attente, incertitudes, peur pour la suite du programme et finalement retard…  On finit par pouvoir aller dans la salle de photos. Deux panneaux (enfin des feuilles scotchées au mur) indiquent « No poses » et « No props ». Stupeur dans la file. Aucune pose et aucun accessoire semble très exagéré. Cela sera finalement toléré, à condition que ça aille vite. Beaucoup de peur pour rien. 

C’était la première fois que je rencontrais Chad et ça a été une bonne surprise : très sympa et accueillant, un petit mot pour chacun. Et à titre personnel j’aime beaucoup sa tenue lors de ce shooting, mais c’est un autre sujet.

 (Ash dans Supernatural, joué par Chad Lindberg)

 

On enchaîne ensuite avec la photo de Mark S. Il n’est pas fan des poses, ça se sait. Qu’importe, une photo avec le roi de l’Enfer est toujours la bienvenue. Qui plus est, il me dit qu’il aime mon teeshirt (un teeshirt « you’re good. But I’m Crowley », quote venant d’un épisode), alors que demander de plus.

 

Pas le temps de s’arrêter, c’est l’heure de la photo avec Misha. Un peu le point culminant du weekend à mes yeux, c’est quand même Misha, un de mes chouchous (à ce moment-là). En avançant petit à petit dans la file d’attente, on s’amuse à calculer le temps moyen par photo. Du moment où la personne met un pied dans la zone photo au moment où iel en sort. Quatre secondes. Ce n’est pas de la faute de Misha, toute les photos sont toujours très rapides. Le stress monte énormément, surtout vers la fin de la file mais rien à voir avec d’autres (si vous avez lu mes autres articles, vous savez sans doute que Misha n’est pas mon plus grand stress parmi les guests. Si vous ne les avez pas lus, sachez que c’est Richard Speight, Jr., qui interprète Gabriel.). Au final, pendant la photo, pas vraiment le temps de paniquer. Entre dans la zone photo, un bonjour murmuré, regarder les yeux de Misha parce que quand même, clic clac et sortie.

On ne découvre sa photo qu’après l’avoir faite, le temps qu’elle soit imprimée. C’est la grosse déception : le flash de gauche ne s’est pas déclenché et le photographe n’a pas vérifié la photo avant de l’envoyer à l’impression. Ma photo à £70 est un vague truc sombre, on ne me reconnait pas, et on ne reconnait pas Misha. Plus tard dans la journée, quelqu’un m’informe que je peux demander à la refaire le lendemain, mais que ça ne sera peut-être pas accepté. Je décide de tenter dès le dimanche matin, cette photo me déçoit vraiment trop. Une photo où on fait une tête bizarre, ou qui est un peu mal cadrée, ça arrive, et c’est tant pis. Là…

 

On enchaîne encore avec la photo de Katherine, puis celle de Kim et de Briana. Pour une raison indéterminée, ma photo avec Briana se perd entre l’appareil photo et l’imprimante, et c’est aussi le cas de quelques autres personnes. On refait un peu la queue, nouvelle photo, et cette fois c’est la bonne.

 

En retard suite aux photos, on arrive en plein milieu du panel de Misha, et pour ne pas déranger les personnes déjà assises, on décide d’un commun accord de rester en bordure de salle. Mauvaise décision : la salle est très grande et l’accoustique vraiment très mauvaise, c’est pratiquement incompréhensible. Qui plus est, les lumières de la scène sont dans d’étranges teintes roses qui donnent un rendu très moyen à toutes les photos. Et le sol colle. La salle ressemble plus à une sorte de garage géant (avec ce sol caoutchouteux qu’on trouve dans certains parkings à étages) qu’à une vraie belle salle. Et il y a des pigeons à l’intérieur (et au dessus des gens qui ont peur qu’un pigeon se lâche sur leur tête). Pas terrible.

 

On file ensuite attraper quelques autographes. Les autographes ont lieu dans une très grande salle à l’écart, il n’y a pas vraiment de logique, d’ordre à suivre comme pour DarkLight Con. Quelques photos sont en vente près de l’entrée, plus précisément un portrait en noir et blanc par guest. Sauf que… les photos sont si contrastées, les blancs si cramés, que parfois on reconnait à peine le guest. Je voulais en acheter une de Mark P, je renonce pour une raison toute simple : j’ai eu du mal à le trouver parmi la pile de photos, tant la photo ne lui ressemblait pas. J’y reviendrai dans les points négatifs, dans un prochain article (j’essaie d’éviter de faire trop long, mais n’hésitez pas à me dire si vous trouvez ça mieux un très gros article plutôt que plusieurs petits).

 

 

Samedi après midi

On commence l’après-midi avec une photo avec Alaina. Mauvaise organisation comme d’habitude mais les choses se passent assez bien néanmoins.

Enchaînement ensuite avec le lounge (autre nom des meeting-rooms, chaque convention aime avoir son nom) de Mark S. Une trentaine de personnes et Mark très en forme qui parle volontiers de son expérience dans la dernière saison, nous dit que Crowley va mourir (running gag  des conventions avec lui, il dit toujours que son personnage va mourir).

On poursuit ensuite avec le lounge de Mark P qui nous parle de Supernatural mais également de son rôle dans la série 13 reasons why. La partie sur Supernatural, l’évolution de son personnage etc était vraiment passionnante, avoir sa vision de Lucifer était très intéressant. La partie sur 13 Reasons Why a un peu jeté un froid dans le groupe au vu des thèmes abordés. Personnellement je n’ai pas vu cette série.

 

Samedi soir

Le samedi soir était organisé le concert de Jason Manns, dans la grande salle servant aux panels. Encore une fois, l’organisation était plus que mauvaise. Concert en retard, très long temps d’attente dans le couloir dans aucune information (plus d’une heure et demi je crois, mais je n’en suis plus sûre)… typique hélas de RE.

L’acoustique de la salle était mauvaise.  On avait déjà pu le remarquer dans la journée lors de rapides passages entre les photos, entendre quelque chose en étant un peu excentré relevait du miracle. Jason n’est absolument pas en cause, sa voix était aussi belle qu’à l’accoutumée, mais la salle ne lui rendait vraiment pas justice, et le concert a beaucoup perdu en âme et en émotion.

Briana est venue sur scène le temps d’une chanson (« Wrecking Ball » de Miley Cyrus) et c’était clairement un des points forts de la soirée. Première fois que je l’entendais chanter, et j’espère pas la dernière, elle a une belle voix, puissante, très agréable.

 

La seconde partie de soirée était assurée par Top Heavy, groupe venant de Grande Bretagne et qui est spécialisé dans la reprise de chanson rock et métal. Pas mauvais mais sans non plus être merveilleux, je ne suis restée que le temps de quelques chansons avant de rentrer à l’hôtel. 

 

La suite (dimanche + bilan) dans un prochain article !

N'hésitez pas à commenter pour dire ce que vous en avez pensé